Vermicel forever

17 avril 2007

Le candidat

un petit film, ça faisait longtemps...


Le scénario (présentation Allociné)
le_candidat

Peu avant l'élection présidentielle d'un état européen, Michel Dedieu a remplacé au pied levé le candidat de son parti, contraint de se retirer à cause d'un cancer fulgurant. Au lendemain du premier tour, il ne lui reste que très peu de temps pour préparer avec son équipe rapprochée, le débat télévisé qui l'opposera à son adversaire. Peu apprécié des médias et de l'opinion, il doit à tout prix améliorer son image et affiner son argumentaire.
A cette fin, il organise un week-end de travail dans sa propriété. Le candidat, d'abord docile et fragile, se plie à toutes les exigences de son staff, quand, arrivé au bord de l'épuisement, il découvre qu'il est en fait prisonnier d'une terrible manipulation dont il ne s'extraira qu'en jouant sa propre partition...





A quelques jours de vous-savez-quoi, voici un film français intelligent et engagé traitant de l'élection présidentielle et de tout ce qui tourne autour. J'ai trouvé ce Candidat habile, subversif et définitivement pas commun. J'ai pris un réel plaisir avec ce film, qui se laisse suivre comme un suspense où personnages et intrigue sont particulièrement intéressants et convaincants de réalisme.
Je ne veux pas trop en dire pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte mais ce film nous donne une incroyable leçon de politique. Le débat qui clôt le film est un jeu de stratégie intense et passionnant. Dans ce pays non identifié, où les couleurs politiques sont difficiles à distinguer, où la guerre menace et où l'arrogance de l'adversaire semble être son principal atout, Michel Dedieu est un admirable poil à gratter...


Une petite bande annonce ? clic !

Posté par ac_vericel à 23:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 janvier 2007

Celui qui faisait des révélations

Je me suis faite épingler par Plastie sur le diabolique jeu des révélations ! Je l'avais déjà été l'année dernière mais j'avais habilement détourné la chose vers le registre culinaire... Cette fois-ci je m'y colle pour de vrai, en glissant un intrus parmi mes réponses !

Voici donc 6 révélations : 5 vérités, 1 mensonge... A vous de le découvrir !

1- Ma première dent de sagesse a poussé en 2005, la deuxième en 2006. J'attends la suite. (Au passage, j'adresse toute ma compassion aux pauvres bébés qui "font leurs dents"...)

2- Je sais roter sur commande. Oui, même que j'ai expliqué la technique à mes deux frères ! Et même qu'à une époque, je récitais l'alphabet en rotant. (la grande classe internationale, je dois le reconnaître !)

3- Je suis très forte aux échecs et, comme beaucoup de gens, addict au soduku.

4- Pour mon mariage, je pense porter des ballerines rouges. (vu que je n'ai pas trouvé bottes à mon pied mollet...)

5- Après une centaine de lunes passées chez les préhistoriques, je vis au temps des lacustres. Je suis une charmante jeune femme, du nom de Peyrole. (Au passage, je serais ravie de vous parrainer si l'aventure Human-Epic vous tente !)

6- Depuis que mon homme m'a expliqué les règles, je regarde avec plaisir les matches de foot. J'ai même pris goût à Téléfoot le dimanche matin...

Alors, quel est votre pronostic ?


Edit : Trop forte Plastie ! Elle trouve tout juste du premier coup !! Bravo !! Un bon point également pour Laurette qui a donné la bonne réponse également !

Et mention spéciale pour Katy qui s'acharne sur la proposition n°5, alors que, si si !, je vis bien au temps des lacustres et je me prénomme bel et bien Peyrole dans le jeu Human-Epic !

Désormais vous en savez un peu plus sur moi, notamment donc que je ne sais pas jouer aux échecs et que je n'aime pas le soduku ! Par contre, je ne sais pas si vous l'avez repérée mais il y a une autre révélation (et pas des moindres) qui s'est glissée comme ça l'air de rien dans l'une de mes propositions...


Edit le retour spécial Katy qui n'y pige que dalle : Alors, la bonne réponse (ou la fausse révélation, comme tu préfères) était la 3 sur les échecs et le sudoku (et non le saut (sot?) du cul comme signalé aimablement par Plastie).
Par voie de logique, tu peux donc déduire que tout le reste est vrai.
Je rote bel et bien sur commande (même si en grandissant je me suis calmée ! mais j'ai vérifié je sais toujours faire ! pour l'alphabet complet, il me faudrait m'entraîner mais je peux encore produire des rototos tout à fait honorables !)
J'ai bien deux dents de sagesse qui ont poussé l'une après l'autre (et je me demande avec inquiétude si les autres vont sortir un jour, si autres il y a)
J'ai bien une paire de ballerines rouges mais pas de bottes cavalières marron (ouiiiiiiiiiiiiinnnnnnnn)
Je suis bien inscrite à ce jeu très sympathique qu'est Human-Epic sous le pseudo de Peyrole (je te parraine quand tu veux !) et j'ai effectivement pris goût au foot grâce à Rufin...
Quant à la "révélation cachée", je pense que tu devrais pouvoir trouver par toi même... ;o)))))


Posté par ac_vericel à 00:38 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
07 novembre 2006

24 heures contre la censure sur Internet

REPORTERS SANS FRONTIÈRES ORGANISE LES 24 HEURES CONTRE LA CENSURE SUR INTERNET ET APPELLE LES INTERNAUTES À SE MOBILISER

Rendez-vous sur www.rsf.org du mardi 7 novembre 11h00 au mercredi 8 novembre 11h00F1010006

Créer une page sur Internet, publier des informations en ligne ou poster un commentaire sur un blog est a priori à la portée de tous. Il n’en est rien dans les treize pays épinglés par Reporters Sans Frontières à l’occasion de l’opération : 24 heures contre la censure sur Internet. Soixante et une personnes sont emprisonnées dans le monde pour avoir publié des textes "subversifs" sur un blog ou un site Web. Reporters Sans Frontières dresse une liste de 13 pays “ennemis d'Internet” qui censurent abusivement la Toile en bloquant les contenus qui critiquent leur autorité. L’Internet fait peur. Les censeurs de tous horizons en exploitent les failles et s’attaquent de front à ceux qui y avaient placé leurs espoirs. Des multinationales, Yahoo ! en tête, collaborent avec le gouvernement chinois pour filtrer le Réseau et traquer les cyberdissidents.


La défense de la liberté d'expression sur Internet et le sort des bloggers dans les pays répressifs est l'affaire de tous. Durant 24h, l'organisation propose aux internautes une CYBERMANIF INTERNATIONALE et des outils pour se mobiliser contre les prédateurs d'Internet.


Entre le mardi 7 novembre 2006, 11h00, (heure de Paris) et le mercredi 8 novembre 11h00, chacun est invité à soutenir ce combat en se connectant sur www.rsf.org. Chaque clic fera évoluer la carte des “Trous noirs du web” et reculer la censure. Pour peser sur les gouvernements qui musellent ce qui devrait être un espace de liberté, et faire de cette opération un succès, la participation du plus grand nombre est nécessaire.


Des actions militantes seront par ailleurs mises en place par les bureaux des Reporters Sans Frontières à travers le monde pour dénoncer les dérives éthiques des géants de l'Internet lorsqu'ils opèrent dans l’un de ces pays.


Reporters Sans Frontières publiera la liste des treize ennemis du Net le 7 novembre et lancera, à cette occasion, sa plate-forme de blog, rsfblog, ainsi qu'une version en arabe de son site Internet, dédié à la liberté de la presse.

La liberté d’expression n’est pas un luxe. C’est un droit pour tous !

Plus d'informations ➥ www.rsf.org

Posté par ac_vericel à 23:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 septembre 2006

Soirée troc à Toulouse, le récit

Hum, d'abord c'est pas "soirée troc" mais "soirée Facholand et dons". N'ayons pas peur d'appeler les choses par leur nom,
surtout s'il est officiel.

Cette réjouissance s'est donc déroulée jeudi soir, chez moi, en bonne et due forme (comprendre : dans un joyeux bordel). Tout a commencé par l'arrivée en convoi spécial train de Mme la Ministre des Transports en personne que je suis allée accueillir au métro en bas de chez moi. A peine avions-nous eu le temps de faire le tour de l'appartement, nous raconter nos vacances respectives, boire un verre d'eau (petites joueuses), installer Gloria dans la chambre d'amis...,  que Fanny-Yanjiao a débarqué. Puis, dans le désordre, Laurette, Gaëlle et sa yaourtière, Estelle, Sabrina sur son vélo invité à passer la soirée sur le balcon, Pomme sans le sien, dérobé récemment, mais avec Jennifer sa soeur... et, deux bouteilles de blanc plus tard,  Katy (sans son rosé, fort heureusement) et Bidule sans doute attirées par le plop si caractéristique de la 3ème bouteille qu'on venait de déboucher...

Evidemment nous avons commencé par ripailler. Si sereinement tu veux troquer, avant la bataille tu prendras des forces. (petit scarabée).

Cela dit, le proverbe est menteur. Notre soirée n'avait rien d'une bataille, nous étions 10 filles très bien élevées. Certaines se connaissaient déjà, d'autres pas, mais tout le monde a bien papoté, trinqué, ri, grignoté. Certaines ont vérifié la couleur du papier dans les toilettes, d'autres ont entamé une discussion autour de l'évier tout en faisant la vaisselle, un coin fumeur s'est installé sur le balcon où il faisait bon, quelques-unes ont même poussé jusqu'à l'ordi pour saluer notre présidente dictatrice...

soiree_trocs_001  soiree_trocs_003

 soiree_trocs_007 soiree_trocs_002soiree_trocs_004

 soiree_trocs_008 soiree_trocs_005

 Après avoir pris des forces donc, nous sommes passées aux choses sérieuses... Des sacs, des paniers ont fait leur apparition, nous offrant leur contenu. Tout s'anima, comme si nous étions redevenues une bande de petites filles face à la malle aux trésors dans le grenier...

Avec méthode, nous avons d'abord examiné les "divers" : quelques livres, un peu de vaisselle, des objets déco... histoire de se mettre en jambe. L'intérêt s'accrut autour des produits de bôôôté... Tout le monde farfouillait parmi les flacons, bouteilles, tubes, pots, échantillons... Lesquels passaient de mains en mains "ça sert à quoi ?" "qui a apporté ça ?" explication donnée, la même question qu'à la soirée parisienne "mais euh, pourquoi tu n’en veux plus, de ce shampoing, c’est quoi le problème ?"

soiree_troc

Franche rigolade devant la surprenante mention "spécial voyage" portée sur un énorme tube de masque à l'argile verte, à nous dire que la version "normale" était livrée par seau de 3 kilos.

Une fois servies, nous avons fait place nette pour installer sur la table basse un monticule de vêtements qui ont, là aussi, fait l'objet d'un examen approfondi, les unes faisant l'article pour tenter les autres. Les essayages se sont enchaînés dans une chambre, certains vêtements passant de mains en mains pour finalement trouver preneuse !

soiree_troc_fringues

Le dernier petit bout de tissu ayant regagné son sac, nous avons partagé les desserts. Et pour nous remettre de nos émotions, un petit verre de synthol... les discussions se sont encore prolongées dans la nuit et ce n'est qu'à 2 heures et demie que je me suis couchée... épuisée mais ravie !

Bilan de la soirée, mes placards vont hériter d'un coquetier, d'un duo de poudre à paupières, d'un pull blanc, d'une chemise rose, d'un pantacourt en jean, d'une chic jupe grise (d'ailleurs il faudra que je fasse des emplettes pour trouver à quoi l'assortir), d'une bague, de tout un tas d'échantillons de parfum...

Quant à moi, j'ai eu le plaisir de revoir et/ou de rencontrer des filles charmantes, que je remercie pour cette super soirée. Evidemment, merci aussi à Hélène sans qui rien n'aurait été possible. (très remise des oscars, ça)

Posté par ac_vericel à 21:25 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
28 août 2006

Mi Delpech, mi Mode = Delpech Mode

Imaginez les plus belles paroles de Michel Delpech mariées aux mélopées de Depeche Mode...

Deux joyeux drilles l'ont fait !
Cela s'appelle : Delpech Mode.

Il s'agit du "premier groupe des années 150 (70+80), recueillant les mots de Michel Delpech (MD 70) et les mariant aux harmonies de Depeche Mode (DM 80), mixant les époques pour en créer une nouvelle : le futur antérieur."

Tout cela nous donne des morceaux d'anthologie et des clips grandioses du genre "Enjoy the Loir et Cher", "Just can't j'étais chanteur" ou "Shake the flirt". Je suis fan.

A mourir de rire !
Merci à Olivier et Laëtitia qui nous ont contaminés.

delpech_mode

Posté par ac_vericel à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 août 2006

Facholand délocalise ! Soirée Troc à Toulouse !

Après une tentative infructueuse au printemps dernier, faute d'avoir trouvé une date convenant à toutes, je me lance à nouveau dans la délocalisation des Soirées Trocs Facholandiennes.

Là je sens arriver la question : "Soirées Trocs Facholandiennes" mais c'est quoi ce charabia ??

Comment ?! Vous ne connaissez pas ces soirées ? Ciel, mais vous risquez au moins les mines de sels (de bains) voire même la lapidation à coup d'étiquettes qui grattent !

C'est pourtant bien connu : Facholand n'est autre qu'une charmante dictature girlie où se tiennent de temps à autres d'agréables soirées où les participantes apportent ce dont elles n'ont plus besoin histoire que d'autres en profitent. Ces soirées se tiennent pour l'instant à Paris et tentent donc la délocalisation sur Toulouse.

Voilà pour la petite histoire.

Passons aux choses pratiques maintenant :

D'abord comment ça marche ?
Petit rappel copié/collé des précisions données par Hélène :
"ces soirées portent très mal leur nom, en fait on ne troque ni n’échange rien, on donne ce dont on ne veut plus et qui est en super bon état (maquillage et cosmétiques – ce qui marche le mieux -, fringues, bouquins ou magazines, moins facile). Si on ne veut pas prendre le risque de donner un truc sans rien récupérer en retour, il vaut mieux s’abstenir ;-)
Ah, chacune apporte à manger et à boire, aussi. Du sucré, du salé, du punch coco ou du jus de salsepareille, ce qui vous fait plaisir (sauf du rosé. Celle qui apportera du rosé sera laissée à la porte comme Georges Clooney dans une soirée Martini). Pas de panique, le buffet s’équilibre toujours.
"

Pour le rosé, je veux bien instaurer une tolérance, surtout si c'est Georges qui l'apporte.

Où ça se passe ? Et quand ?
Chez moi, quelque part à Toulouse ! Pour la date, je ne suis pas disponible le vendredi 1er, nous ne pourrons pas faire un simultané avec Paris. Je propose donc le jeudi 31 à partir de 20h, date à laquelle Rufin a la bonne idée de ne pas être là !

J'veux venir ! J'veux venir ! Où je m'inscris ?!?

En laissant un petit commentaire...

Posté par ac_vericel à 19:58 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
06 juin 2006

Où est Charlie ?

charlie1

Toulouse - Garonnette

Posté par ac_vericel à 23:23 - Commentaires [3] - Permalien [#]
06 mai 2006

Loi sur l’immigration

NB : Ce billet a été écrit par mon ami Jacques, à qui j'offre une rubrique chez moi !

La loi sur l’immigration préparée par monsieur Sarkozy signe une fois de plus l’imposture qu’avait révélé celle sur les bienfaits de la colonisation.

Cette espèce de prétention malsaine qui donnerait le droit au dominant d’affirmer qu’il y a du bon dans la situation de dominé est tout bonnement odieuse. Qu’un ressortissant d’une ancienne colonie dise qu’il n’y a pas eu que du mauvais dans la colonisation, parce que les liens d’amitié qu’il avait tissé, lui ou ses parents avec une famille de colon restent de bons souvenirs, que tel cadre africain, proche de la retraite, se souvienne avec un peu de nostalgie, du temps où il faisait ses études, d’un professeur, de ses amis, qu’ils disent tous qu’il n’y avait pas que du mauvais dans la colonisation est une chose.
Mais que le pays colonisateur le dise officiellement en est une autre.

Si le droit d’inventaire sur la colonisation existe, c’est bien aux anciens colonisés qu’il appartient en premier, et éventuellement aux historiens et aux chercheurs. Car rien ne fera, avis des uns ou des autres, lois stupides et contraires à la morale universelle, celle qui veut qu’en chaque homme on reconnaisse son égal, rien ne fera que la colonisation n’ait pas été une conquête militaire, générant des morts et de la souffrance, dans le but d’imposer aux populations natives une volonté qui leur était étrangère.

On ne saurait juger aujourd’hui, sans discernement,  avec nos modes de penser et la relative connaissance des évènements que nous avons, les faits qui se sont passés il y un siècle et demi. Par contre nous pouvons juger aujourd’hui de ce que nous faisons aujourd’hui, et là, la loi sur l’immigration est consternante
.

Tout homme qui risque sa vie pour tenter sa chance dans un pays de droit est un émigrant avant d’être un immigré. S’il y a une victime, quelqu’un qui subit une situation, qui subit l’immigration, c’est bien l’émigré. On ne fuit pas son pays de gaieté de cœur. On le quitte poussé par la nécessité, pour ne pas céder au désespoir, parce qu’on a un courage immense, qu’on est prêt à affronter tous les dangers pour un futur moins sombre. J’ai une grande admiration pour les hommes et les femmes qui tentent leur chance avec un seul baluchon à la main. Les mouvements de migration pendant lesquels on voit des hommes et femmes risquer leur vie pour échapper à un danger certain se ressemblent tous. A voir les émigrants se heurter aux grilles de l’Europe, j’ai bien souvent pensé à ces familles de juifs que nous ont montré bon nombre de films, fuyant à travers les Pyrénées pour échapper au régime de Vichy, aux rafles ou à la peur, pour avoir un avenir.

Je ne suis pas victime de l’immigration, je ne la subis pas ! Personne en France n’est victime de l’immigration, hormis les immigrés dont profitent honteusement les vendeurs de sommeil et les quelques employeurs qui en abusent. Personne ? Hélas si, outre ceux ci-dessus mentionnés, les français de couleur et étrangers installés régulièrement depuis longtemps sont bien souvent regardés comme des immigrés.

Il y a comme un retour des comportements les plus obscurs de nos société, car enfin ce n’est pas la première fois que les bourgeois, ceux du bourg, de l’espace organisé, se sentent agressés par les gueux et les mendiants.
Nous assistons impotents à la déconstruction de nos idéaux et restes de morale universelle, tandis que l’ordre mondial, auquel la France contribue activement, continue de creuser l’écart avec les pays pauvres, cet écart qui alimente le flux des hommes et femmes que notre pays refuse et reflue.

Par quel détour malsain de la pensée celui qui, directement ou indirectement, cause la souffrance des autres peut-il être leur victime ? C’est cela même l’imposture !


A que le temps vienne
Où les cœurs s’éprennent.
A. Rimbaud

Posté par ac_vericel à 13:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 avril 2006

Avant / Après

kkbeurk

Même si ça résulte de l'addition de deux placards de célibataires,
même si plein de produits ont déjà plusieurs années,
même si beaucoup de trucs m'ont été donnés, ça fait pas envie, hein ?!


raffa1

Voilà, ça c'est maintenant.
(Il manque le produit WC Ecover et les battes de lavage)

Viendront prochainement s'ajouter les noix de lavage, dès que le paquet d'Ariel sera terminé.

Mais, grande question : que faire du reste ?
donner ? mais à qui ? ou carrément apporter en déchetterie ?

Posté par ac_vericel à 23:44 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 mars 2006

Parisiennes, voilà la concurrence !

hammam1Après la découverte - traumatisante - de mon addiction aux blogs, je continue dans les addictions : je développe depuis vendredi dernier une nouvelle dépendance, au hammam cette fois ! Et ce, de la faute d'Hélène ! En effet, depuis la parution de ses billets drôlissimes consacrées aux joies (et aux petits désagréments) du hammam, je n'ai eu de cesse que d'en dénicher un sur Toulouse et de m'y rendre dès que possible !

Grâce au concours de Laurette qui m'a gentiment indiqué quelques adresses ainsi qu'à mon employeur qui a eu la bonté de m'accorder une journée de RTT, et avec la participation de Laurence
, je me suis offert une après-midi de rêve !

hammam2L'endroit ne paye pas de mine : qui imaginerait qu'un petit coin de paradis se cache dans une zone industrielle ? Et pourtant, je peux vous assurer que dès l'instant où nous avons passé la porte nous étions dans un autre monde ! Doux clapotis de l'eau dans une fontaine, salons et coussins bleus invitant à la détente, délicate mélodie orientale, subtil parfum (fleur d'oranger ?)...

Les jeunes et charmantes hôtesses du lieu nous ont fourni quelques explications sur le déroulement des opérations, remis à chacune un bol, du savon noir et un gant pour le gommage et indiqué les vestiaires.

Toutes émoustillées par la nouveauté, nous nous sommes vite débarrasées de nos vêtements pour opter pour la tenue réglementaire : peignoir + culotte (ou maillot de bain).

Petite disgression à l'intention d'Hélène : nous avons bien pensé à tes déboires avec les vieilles rombières, surtout qu'ici non plus, la nudité totale n'est visiblement pas pratiquée. Cela dit, nous avons vu passer une paire de fesses dans un string ficelle (ou plutôt le string ficelle dans la paire de fesse !), ça pourrait être amusant de le tenter sous le nez des vieilles !

Reprenons là où nous en étions restées ! Nous partons donc à l'aventure, un peu hésitantes, en direction du hammam ! L'endroit est désert, au moins personne ne profitera de nos airs ahuris émerveillés et de nos remarques naïves ! Les deux salles du hammam sont carrelées de blanc, avec quelques mosaïques bleues ; des bougies et des lanternes sont disséminées ça et là... Nous nous installons, papotons, commençons à jouer avec l'eau, le savon... et finissons par être tout à fait à l'aise !

hammam3Un passage au gommage où nous nous faisons joyeusement frictionner au gant de crin, adieu vilaines cellules mortes ! Nous faisons peau neuve et retournons encore quelques instants profiter du hammam avant de passer en salle de relaxation où, vautrées nonchalamment étendues sur les canapés et les coussins, nous pouvons siroter un thé à la menthe.

Et ce n'est pas fini ! Nos hôtesses reviennent nous chercher pour nous conduire dans une autre salle, plongée dans une douce pénombre, à peine éclairée par la lueur de quelques bougies... Le massage débute, l'odeur des huiles essentielles nous enveloppe, je m'abandonne totalement aux douces mains expertes... le temps s'arrête !

Que dire de plus ? C'est tellement agréable de se laisser chouchouter, de se laisser aller et de ne plus penser à rien... On prendrait volontiers un abonnement !

Avec Laurence, nous imaginons déjà des prétextes pour y retourner dès que possible... En plus, c'est à peine à 2 km de chez moi, même pas besoin de prendre la voiture !


Infos pratiques :

Salsabil - 3, rue de Vidailhan - 31130 Balma - tél: 05 61 24 00 46 - Ouvert de 10h à 21h sauf Lundi jusqu’à 19h - Fermé le mardi.
Côté tarifs :
La totale comme nous avons fait revient à 58 €.
Sinon l'entrée simple au hammam est à 15 € + 1,50 € pour le savon noir + 4 ou 5 € pour le gant.


Posté par ac_vericel à 21:49 - - Commentaires [7] - Permalien [#]